Le canal Manche-Océan

Un peu d’histoire… 

La liaison Manche-Océan exploite les eaux de trois rivières : la Vilaine, l’Ille et la Rance. Elle s’est construite au fil des siècles, en commençant par les aménagements de la Vilaine. Cette rivière était navigable de l’océan à Redon, port fluvio-maritime dont les activités commerciales sont attestées dès le IXe  siècle. L’influence des marées se faisait sentir jusque Messac. En 1539, François 1er autorise la ville de Rennes à rendre navigable la Vilaine de Rennes à Messac. C’est ainsi qu’entre 1565 et 1585 furent construites les dix premières écluses.

En 1783 les Etats de Bretagne mettent en place la «Commission de Navigation Intérieure» qui sera chargée de faire toutes les études et projets du système de navigation intérieure de la Bretagne. Conçus sous l’Ancien Régime dans un but économique afin de relier Rennes, la capitale de la Province, à ses principaux ports de Saint Malo, Brest, Lorient, Nantes, Redon, ils ne connaîtront qu’un début de réalisation sous l’Empire pour un motif stratégique, blocus continental oblige. Suspendus un moment, les travaux reprennent sous la Restauration pour se terminer sous la Monarchie de Juillet, retournant à leur vocation économique. C’est ainsi que le Canal d’Ille et Rance dont les projets avaient été esquissés en 1784, puis approuvés en décembre 1803, ne fût livré à la navigation qu’en 1832. 

Dès lors, la Batellerie Bretonne s’installe sur le réseau des canaux et permet, par un trafic important de transport de marchandises, le développement économique de la Bretagne intérieure. Concurrencé dans un premier temps par le développement des chemins de fer pendant la deuxième moitié du 19ème siècle et puis par les routes au début du 20ème, le trafic commercial des canaux décline. Le réseau fluvial semble condamné. Pas pour longtemps : la vocation touristique à travers la plaisance fluviale et les activités fluvestres prennent le relais dans les années 60. 

Eléments du paysage et de l’aménagement du territoire, les canaux de Bretagne sont désormais inscrits dans le Patrimoine fluvial à la fois historique, architectural, environnemental et touristique. 

 
Présentation en chiffres du réseau 


Cliquez sur l'image pour la télécharger

Le parcours

Le canal d’Ille-et-Rance
48 écluses
85 km de l’écluse du Mail (Rennes) à l’écluse du Châtelier (Saint-Samson-sur-Rance)

section Rennes-Dinan
Tirant d'eau : 1,20m
Mouillage : 1,60m
Vitesse maximum : 6km/h
Hauteur libre sur retenue normale : 2,50 m à 3,50 m.

section Dinan - Le Chatelier
Tirant d'eau : 1,60m
Mouillage : 2,40m
Vitesse maximum : 8km/h jusqu’à la courbure puis 10 km/h jusqu'à la muraille de l'Ouvre, puis 12 km au-delà.

La Vilaine
13 écluses
52 km de l’écluse du Mail (Rennes) à l’écluse de Mâlon (Guipry)
79 km de l’écluse de Mâlon (Guipry) au barrage d’Arzal > parcours sans écluse

section Rennes-Redon
Tirant d'eau : 1,20m à 1,60m
Mouillage : 1,60m
Vitesse maximum : 10km/h en rivière et 6km / h en dérivation
Hauteur libre sur retenue normale : 3,20 m à 3,70 m.

section Rennes-Arzal
Tirant d'eau : 4,10m
Mouillage : 4,30m
Vitesse maximum : 6km/h
Hauteur libre sur retenue normale : 25 m à 27 m

Liens utiles

Avis à la battelerie 

Annuaire des écluses 

Guide de navigation Bretagne - Editions du Breil anglais français allemand (payant) 

 

Lien vers la carte interactive

 

Related Articles

Newsletter

Vous souhaitez recevoir notre newsletter,
merci de vous inscrire en cliquant
sur le 1er bouton ci-dessous.
Vous pouvez également la consulter en ligne,
en cliquant sur le 2e bouton ci-dessous.

newletter icone bouton consulter newletter

 

  

 

Accédez à la FAQ

Pour accédez à la foire aux questions,
merci de cliquer sur l'icone ci-dessous

bouton faq

Sur Instagram